Le Sparticle

Page 113

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

7 commentaires

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

On n’approche pas impunément de certaines zones. Jusqu’à présent, nos héroïnes ont combattu des ennemis conventionnels armés de banals fusils (certes, leurs munitions n’étaient pas banales, elles) et lorsque Dale a démasqué Léopard, il ne s’agissait au fond que d’éloigner une bombe vivante.

En entrant dans la vieille base abandonnée, Lola et ses copines ont rejoint un théâtre d’affrontement non conventionnel où ce qui est en jeu, c’est l’esprit et son intégrité. C’est ce que Dale découvre en écoutant les rapports collectés dans le Sparticle. Et avant elle, c’est ce que le Doc Stevenson avait compris. Mais qui sont les ennemis qui utilisent de telles armes ?

Et n’hésitez surtout pas, lecteurs, lectrices, à poser des questions à l’auteur si les brillantes élucubrations du Doc Stevenson ou les effets mystérieux de la Porte Ecarlate vous déroutent, vous désarçonnent, vous rendent tout chose, vous turlupinent en somme !

Dans la mesure où le suspense le permet, je m’engage à faire un peu de lumière dans ces sujets assez obscurs !

11 oct. 2010

Un visiteur ( Jacques Razu) a dit :

Cher M. Crocodile,

Nous errons tous de l'autre côté. De l'autre côté de nous-même, prisonniers du délire hallucinatoire de toute une société possédée, au sens “vaudou” de ce terme, par l'Argent. Le “caisson normalisateur”, chez nous, s'appelle “Intégration” (Intégration à quoi //?), selon l'excellent principe : "tout ce qui bouge, on l'intègrera//"

12 oct. 2010

Un visiteur ("R") a dit :

Ah ben voilà l'explication a leur comportement et les cinglés qui les ont attaqués!!! Me disait bien que c'etait pas du tout normal…

12 oct. 2010

Un visiteur (JBC) a dit :

Je ne sais pas de quoi mon scénario est la métaphore, M. Razu. L'aliénation ? Sociale-capitaliste, mentale-individuelle ? Je n'écris pas une allégorie, laquelle suppose bien connu le contenu abstrait qu'on allégorise. Je fais oeuvre de fiction et je me sers des vertus exploratoires de la fiction. Je cherche à comprendre le monde qui m'entoure en produisant de la fiction. D'ailleurs, ce monde à la dérive mérite-t-il qu'on en produise une théorie?

12 oct. 2010

Un visiteur ( Jacques Razu) a dit :

Cher M. JBC,

Chacun ses armes ! Moi je cherche à comprendre ce monde par la théorie et je me sers des vertus exploratoires de la raison, de l'observation, de la logique et de la déduction, tel un détective et selon mes modestes moyens (alors de là à produire une théorie ! D'ailleurs, une théorie ne se produit pas : elle est un constat “post-mortem” à partir des indices que l'on découvre sur la scène du crime)

13 oct. 2010

Un visiteur (JBC) a dit :

Non R, tout n'est pas tout à fait normal dans cette histoire mais il y a une certaine cohérence dans cette fantaisie un peu déroutante.

13 oct. 2010

Un visiteur ("R") a dit :

Ne dit on pas que les fous ont toujours raison?

13 oct. 2010