La base

Page 86

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

13 commentaires

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Il est minuit, docteur Kervel.

Les grands prédateurs arpentent la savane le mufle au vent en quête d’une proie sous un ciel clair piqueté d’étoiles. La bûche achève de s’effondrer au milieu du foyer presque entièrement enseveli sous la cendre et, tandis que vous dormez avec les autres sous la tente, je repense à votre lassitude : cette randonnée serait vraiment trop longue et agrémentée de trop peu de péripéties?

Je ne peux pas vous donner entièrement tort, docteur : nous avons marché depuis l’aurore dans un environnement peu attrayant et, maintenant, nous sommes fatigués. Aucun événement pour nous distraire, pas de rencontre pittoresque, pas d’obstacle à surmonter, seulement des kilomètres à avaler !

Si vous saviez, docteur Kervel, à quoi ou plutôt à qui vous avez échappé !

Dans la mesure où notre aventure est plutôt platonicienne d’allure, j’avais pensé engager 4 philosophes barbus. Oui, Docteur, 4 philosophes barbus !

Puisqu’il s’agit, comme dans la fameuse Allégorie de la caverne du vieux Platon d’abandonner le confort ombreux des illusions et des mensonges pour sortir au plein jour de la Vérité, j’avais songé donner les rôles à 4 hommes mûrs, vêtus en toge et barbichus à la grecque ! Ils auraient doctement devisé sur la piste en faisant assaut d’arguties toutes plus subtiles, plus absconses les unes que les autres.

Au lieu de cela, j’ai opté pour 4 sémillantes jeunes femmes.

Avouez, docteur, que la marche en est tout de même rendue moins pénible ?

Quoi, docteur, je vous vois hocher la tête ! Seriez-vous insensible aux charmes féminins comme ces vieux sages dont j’ai finalement repoussé l’emploi ?

Vous êtes décidément exigeant, docteur Kervel.

Vous auriez peut être souhaité une aventure pleine de bruit et de fureur, traversée de stridences enivrantes, tendue de couleurs contrastées ? Et vous êtes devant le gris d’une randonnée pédestre !

Je me demande néanmoins quelquefois s’il n’est pas plus méritoire de résister aux assauts du gris, de la prose quotidienne que de rejouer la Charge de la Brigade légère ?

Et puis, vous ne le savez pas, docteur Kervel, mais nous allons bientôt quitter la plaine et aborder les contreforts de ces montagnes escarpées qui barrent l’horizon à l’Est. A partir de là, ma carte est muette, nous avancerons dans l’inconnu. Oh, ne vous emballez pas ! L’inconnu aussi peut être ennuyeux !

Une brise légère s’est levée et elle apporte - de l’Est justement – les échos assourdis d’étranges mélopées. Je ne suis pas certain de connaître le chemin qui y mène. J’ai cousu ensemble des bribes de souvenirs recueillis ici et là. L’ensemble ne fait pas une carte bien fiable, je suis incapable d’évaluer le temps qu’il nous faudra pour toucher ce lointain pays.

Mais demain, à l’aube, nous partons !

14 juin 2010

Kervel a dit :

Je prends mon fusil à pompe ?

14 juin 2010

Un visiteur (Tardigrade) a dit :

Hello, moi je trouve cette BD super grisante! Et en plus il me semble que le graphisme à progressé niveau visage (*1), ou c'est plutôt la présentation des “affreux” page 19 qui tranche avec les autres … sourires un peu grimaçant? En tout cas ce serait dommage de passer trop de temps à répondre à des provocations alors qu'on attend toujours impatiemment la prochaine planche! Vraiment génial bravo! TD

… (*1) et en fait ailleurs aussi, il y a certaine cases vers la fin qui donnent envie de faire un tirage poster pour un petit affichage maison. On sent la maîtrise complète du logiciel informatique et la touche personnelle de l'artiste! A mon avis le risque de commentaires jaloux est élevé :-) … attention “Do not feed the Troll :-)”

14 juin 2010

Un visiteur ("R") a dit :

Euh… elle fait quoi Eliett?? Non, mais elle a vu quoi?

14 juin 2010

Kervel a dit :

Bon on va se calmer hein tardigrade, la seule provocation ici, c'est la tienne. Le dialogue entre JBC et moi dure depuis un moment, il est diplomate, je suis rude, mais c'est enrichissant.

Donc comme tu le dis avec une délicieuse ironie du sort (tu viens presque de te faire hara-kiri mec, bravo), “Do not feed the Troll”.

Pour la maitrise du logiciel, tu ignores manifestement tout de ce dernier (la “progression graphique sur les visages” est impossible par exemple). Il fait des miracles (relatif la plupart du temps), mais ouvre aussi la porte à la facilité.

D'ailleurs un des gros reproches que je vais finalement te faire JBC (le dernier, car ça va finir par passer pour de l'acharnement aux yeux du premier tardi venu, personne ne comprends notre relation JBC), c'est d'utiliser tous les décors préfabriqués que tu trouves sur les sites de contenus, de les aligner et d'adapter ton récit (heureusement avec beaucoup d'imagination, on ne peut le nier) à ces derniers écartant toute cohésion.

15 juin 2010

Kervel a dit :

Eliett, j'ai plutôt l'impression qu'elle se fait tirer.

15 juin 2010

Atil a dit :

Voila une phrase qui pourrait être mal interprétée ! :o)

15 juin 2010

Nada a dit :

En tout cas ces décors sont superbes……je sais pas si Eliett se tire ou se fait tirer mais peut-être que l'ombre qui rôde a fini par la happer!!!

15 juin 2010

Kervel a dit :

A la tirer tu veux dire. ^^

15 juin 2010

Nada a dit :

Heeeuuu Ouaip!!^^

15 juin 2010

woulouf a dit :

“Faire avec ce qu'on a”, c'est un peu le jeu de la 3D. Personnellement, çà m'amuse beaucoup de trouver un décor (ou un objet sympa) et de me demander “qu'est-ce que je pourrais en faire?”. Je suis un accroc du scénario pré-écrit, mais pas du story-board, et c'est souvent les rendus des rendus (!) qui guident la façon dont je construit les scènes. De plus, contrairement à vous deux, je ne fais quasiment pas de post-prod (à part l'effet “postérisation”, bien sûr, plus quelques effets lumineux de temps en temps). L'image générée par Poser est donc à peu près mon image finale (ce qui explique aussi que j'ai besoin d'un ordinateur mâousse). C'est assez marrant de voir comment on a tous une utilisation différente de la 3D.

Je rejoins Kervel sur 2 points:

  • au niveau scénario, je pense que la“longue marche” aurait pu être condensée, sans nuire ni à l'histoire, ni à la présentation des personnages.

  • au niveau graphique (mais je te l'avais déjà écrit), je trouve que les persos manquent un peu d'expressivité (tude?).

Un troisième point que je critiquerais (mais çà, c'est tout à fait perso), c'est que tu utilises peu les possibilités de caméras offertes par Poser: on a l'impression d'avoir toujours la même focale, les caméras sont presque systématiquement placées à hauteur d'homme (enfin… de femme), elles sont toujours impeccablement horizontales. çà donne un côté quelque peu monotone.

P.S.: “vastitude”? ^^

15 juin 2010

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Merci à toi Tardigrade, ton enthousiasme me va droit au cœur.

Pour les posters, tu as raison. Certaines pages « rendent bien ». J’avais fait des tirages dans un format un peu inférieur à du 60x80 et plusieurs qui les ont vu m’ont passé commande.

Ne crains pas que je perde mon temps à écrire ces longs textes. D’abord, ce tome est fini et le rythme de diffusion a été décidé une fois pour toutes. Et puis écrire me fait plaisir. N’oublie pas en regardant les images, que je suis aussi le scénariste. Alors, en scénarisant, en fictionalisant Kervel dans ces textes, je m’exerce …

Pour ce qui est de ma BD, je suis moins sévère que Kervel et moins enthousiaste que toi. Comme Nada l’a dit une fois : je fais mes gammes. Do ré mi fa sol la si. Et les imperfections, les bourdes, les faiblesses, les facilités s’y ramassent à la pelle !

15 juin 2010

Jean_Baptiste_Crocodile a dit :

Merci à toi Woulouf pour tes remarques. Je rebondis :

1)La longueur de la promenade : ton opinion est aussi celle de Nada et de Kervel. Après tout, Il serait logique que je la partage et il m’en coûterait au fond assez peu d’admettre cette « longueur ». D’un autre côté, les lecteurs du tirage papier m’ont fait bien d’autres remarques critiques mais jamais celle-là. Un de ces lecteurs a trouvé long par contre l’épisode précédent (le combat dans les rues avec les robots) mais pas celui là. Je me demande si le mode de lecture sur webcomics (2 pages par semaine) ne joue pas dans votre « ressenti ». Un « lecteur papier » ajuste la vitesse de sa lecture à l’intérêt qu’il prend à tel ou tel épisode, il peut ralentir pour assimiler une page jugée importante ou accélérer pour passer rapidement sur des évènements faciles à comprendre. Tandis que Webcomics ressemble à un distributeur mécanique qui éjecterait 2 pages par semaine sans permettre jamais au lecteur de construire sa propre durée subjective. C’est une hypothèse. Mon intention dans cet épisode était double : faire ressentir l’éloignement de la base par rapport au district sud et montrer que le chemin qui y mène est labyrinthique. Le moyen employé est-il adéquat ? D’autres solutions étaient-elles possibles ?

2) Rien à dire sur « l’inexpressivité » relative des personnages. Tu n’es pas le premier à m’en faire le reproche. Il faut croire que ça ne me soucie pas beaucoup puisque je ne fais pas d’efforts pour me corriger. Et je ne saurais pas dire pourquoi !

3) La caméra placée à hauteur d’homme, c’est assez fordien, non ? Te me souhaiterais plus wellesien en somme ! Moi aussi, j’aimerais bien !

15 juin 2010